Jean-François de Troy (1679-1752), l’inventeur du tableau de mode?

Jean-François de Troy, un déjeuner de chasse 1737

Né à Paris dans une famille de peintres, Jean-François de Troy se forme d’abord aux côtés de son propre père, François de Troy. Ensuite, il intègre l’Académie Royale de Peinture et de Sculpture dont son père, précisément, était le directeur. Afin de parfaire sa formation, le tout jeune Jean-François de Troy s’installe en Italie en 1799, où il reste jusqu’en 1706.

À son retour, il devient membre de l’Académie sur présentation du tableau Apollon et Diane perçant de leurs flèches les enfants de Niobé (1708).

Jean François de Troy, Apollon et Diane 1708
Apollon et Diane perçant de leurs flèches les enfants de Niobé, par Jean-François de Troy (1708)

Jean-François de Troy, un maître du tableau de genre

Officiellement, on le considère comme un peintre d’histoire, à cause de sa prédilection de sujets historiques, mythologiques et religieux. Mais ce sont surtout les tableaux de genre qui l’ont rendu célèbre déjà à son époque. En effet, Jean-François de Troy consacre aux petites scène de la vie de cour toute une série de tableaux entre 1725 et 1738. Il y montre les courtisans occupés à leurs loisirs, tels que les jeux de cartes, la lecture, la conversation, les dîners ou la chasse.

Jean-François de Troy, un déjeuner de chasse 1737
Un déjeuner de chasse, par Jean-François de Troy (1737)

Insouciance et plaisirs champêtres

Un déjeuner de chasse reflète l’insouciance et les plaisirs d’un déjeuner champêtre entre gens de qualité sous le regard bienveillant des paysans. En effet, Jean-François de Troy ne se contente pas de représenter la somptuosité des robes des dames venues rejoindre les chasseurs pour le déjeuner. Car c’est l’idée de simplicité que souhaite transmettre le peintre, notamment dans le détail de cette chaise qu’on descend ou la proximité des gens du peuple.

Le déjeuner d'huîtres, par Jean-François de Troy (1735)
Le déjeuner d’huîtres, par Jean-François de Troy (1735)

Détente après la chasse

Cet autre déjeuner de chasse, commandé par Louis XV, présente un tout autre cadre. En effet, l’assemblée de chasseurs est uniquement masculine. Mais le bon goût reste de mise dans les vêtements des seigneurs, même s’ils sont censés revenir d’une partie de chasse. Tout l’intérêt du tableau réside autant dans l’insouciance, là encore, qu’il exprime, mais aussi dans le souci du détail.

Le souci du détail

Ces messieurs dégustent des huîtres dans des assiettes en argent. Conformément aux usages de table du 18e siècle, pas un verre ni de bouteille sur la nappe. Ce sont les serviteurs qui tendent les verres aux convives. Une fois vidée, la coupe est abandonnée dans un bol de porcelaine. La curiosité du tableau est ce petit bouchon de champagne qui saute et vers lequel convergent les regards des serviteurs. Le vin de Champagne est encore une nouveauté en 1735!

L’inventeur du « tableau de mode »

Les toiles de genre du peintre fourmillent de renseignements sur les coutumes de l’époque, mais aussi sur les habits. Cette description méticuleuse des détails vestimentaires font de lui un maître du tableau de mode, un genre dont Jean-François de Troy lui-même se prétendait l’inventeur (1).

La déclaration d'amour, par François de Troy (1731)
La déclaration d’amour, par François de Troy (1731)

Le peintre de la robe volante

Jean-François de Troy peint les rendez-vous amoureux, les conversations galantes échangées dans le parc de Versailles. En cela, il nous donne des informations inestimables sur les robes des années 1720-1730. C’est notamment le grand peintre de la robe volante.


(1) C’est en tout cas ce que rapporte le musée Thyssen de Madrid.

À lire l’article que ce blog consacre à la robe volante du 18e siècle: La robe volante, la première grande innovation vestimentaire du 18e siècle.


Sources: pour les données biographiques du peinture je me suis servie de la notice du site hisour.com. N’hésitez pas à consulter cet article pour de plus amples informations sur la vie du peintre et notamment sur ses autres activités, telles que la peinture décorative et la tapisserie.


L’image titre est le tableau Un déjeuner de chasse, par Jean-François de Troy (1737), tiré de Wikipédia, tout comme les autres images qui illustrent cet article.